Mon entrepreunariat, mon bébé!

Entrepreneuriat… Quel grand mot! L’entrepreunariat est un mot qui fait peur. Il provoque souvent l’incertitude dans nos cerveaux. Tellement de gens ont de si bonnes idées mais ne les mettant pas à profit car l’Entrepreunariat fait peur. C’est un saut dans le vide, un saut qu’on doit faire avec tout notre corps. Pas seulement un bras, une jambe, un doigt… Si on veut que ça fonctionne, on doit s’y mettre à 100%.  Ensuite viennent les raisonnements logiques : vais-je être capable? Vais-je manquer de sous trop rapidement? Quel montant ceci engendre? Suis-je prête? Est-ce que mon idée est bonne? Est-ce que, est-ce que, est-ce que…

Pour le premier saut, on n’est jamais prêt. Une entreprise, c’est un bébé. Tu te réveilles la nuit pour t’en occuper, tu as du mal à dormir par sa faute, tu y penses constamment et tu éprouves énormément de fierté quand il ‘marche’. Oh boy, les premiers mots (premières ventes). Je me rappelle en avoir été émue aux larmes!!!!! Ensuite, à tous les jours, le bébé a besoin d’amour, a besoin d’attention, tu te demandes si tu peux le faire garder (avoir des employés sur qui te poser) sans être parano. IMPOSSIBLE les premières fois. Tu passes ton temps sur le téléphone pour t’assurer que tout est beau… Et finalement, il grandit. Trop rapidement. Ou pas assez. Mais il est parfait pour toi, parce qu’il est à ton image. Il est ta création!! Vous publierai 150 photos de votre bébé par semaine. Vous direz à tous les gens que vous rencontrerez que votre bébé est le plus beau, le meilleur, le plus intelligent! Le monde vous trouverons fatigants!!

Donc, une entreprise , bah c’est comme ton bébé! Sans les couches… ça c’est le beau côté!

Je ne me considère pas comme la plus grande entrepreneure du monde. Mon bien-aimé et moi, on s’est mutuellement poussé dans les fesses en se disant: pourquoi pas? En évaluant évidemment le pour et le contre. On avait tous les deux d’excellent travail, qu’on aimait beaucoup et où on performait en masse. Et puis, pour nous ça a comme été un appel de la nature, ça a été rassurant de le faire à deux je pense. Chacun de notre côté, on avait nos points forts et nos faiblesses, on se complète dans chacune de nos facettes : mon côté administratif, ordonnée, cartésienne, structuré nous a mis en confiance pour toute la mise en place de la compagnie. Je suis la base. Mon bien-aimé lui, le vendeur, la gueule pour parler de notre nouveau bébé, il donne le ‘punch’, le ‘gust’! Il est vendu et vendeur! Il est tout le reste.

Évidemment, je serais une mauvaise personne de ne pas vous conseiller de faire un plan d’affaires, de vous préparer, d’en parler, de demander des conseils, de vous mettre des $ de côté au cas où votre projet prendrait plus de temps que prévu avant d’être concret et pour l’investissement que coûte une compagnie en démarrage. Ok, vous avez peut-être trouvé un modèle d’affaire qui ne demande pas trop d’investissement… mais ça finit toujours par coûter cher!!!! Tout ça pour dire, GO. Tu ne seras jamais prêt mais allons-y étapes par étapes. Il faut établir ce qui doit être fait, en ordre de priorité. Il faut cibler les gens qui nous aiderons à faire avancer ce projet. Parce que oui, il vous faudra de l’aide, des partenaires, du soutien marketing, vos concurrents, votre banque, votre comptable…Name it!! Il vous faut aussi approcher votre clientèle cible afin de voir si votre modèle d’affaire peut être intéressant. Ensuite, il faut ajuster… toujours ajuster. Mais surtout, surtout, surtout… Ne pas compter le temps. Si c’est une corvée, votre modèle d’affaires ne vous convient pas. La base, c’est que votre modèle d’affaires, il doit absolument vous convenir.

Donc, à tous ceux et celles qui aiment le bon café, le meilleur café du monde, allez voir mon bébé sur www.ca.caffe.com, vous allez voir, c’est mon plus beau!!!! Il s’appelle Tiziano Bonini Caffe 😉

Big love

The Coffee Family

 

 

Laisser un commentaire